Chaque année, plus de 7 500 jeunes adultes (entre 20 et 39 ans) reçoivent un diagnostic de cancer au Canada1. Même si le cancer demeure assez rare chez les adolescents et les jeunes adultes, il ressort que son incidence est en hausse. Concrètement, les plus récentes statistiques sur le cancer démontrent que 4 % des nouveaux cas de cancer diagnostiqués chaque année au Canada le sont chez les 15 à 39 ans2.

Le cancer, c’est quoi ?

Le cancer est un mot qui fait peur, surtout lorsqu’on n’a jamais eu à faire face directement ou indirectement à cette maladie. Il affecte aussi la famille, les amis, les collègues. Il est important de le cerner, de le comprendre pour tenter de savoir ce à quoi on est confronté et comment on peut le vivre ensemble.

Habituellement, les cellules de l’organisme se multiplient de manière contrôlée, se divisent lorsque nécessaire et meurent lorsqu’elles sont divisées un trop grand nombre de fois ou lorsqu’elles sont endommagées. Le cancer, c’est lorsque les cellules ne réagissent plus de cette manière. Or, lorsque les cellules se multiplient de façon anormale dans un tissu sain, cela mène à la formation d’une masse appelée tumeur. Il existe deux types de tumeurs : les bénignes et les malignes. Seules les tumeurs malignes sont dites « cancéreuses ».

Une fois que nous sommes face au cancer, c’est l’oncologie, une discipline médicale, qui étudie ces tumeurs malignes. Pour traiter les patients atteints de cancer, les médecins doivent suivre une formation spécialisée en oncologie. Le rôle de l’oncologue consiste à poser un diagnostic, à proposer le traitement approprié (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie, médicaments ciblés et immunothérapie) et à faire les suivis concernant l’évolution de la maladie.

Une réalité préoccupante

Les adolescents et les jeunes adultes peuvent parfois être atteints de cancers qui ressemblent étroitement aux cancers pédiatriques, mais ils peuvent également présenter des cancers similaires à ceux observés chez les adultes. Par ailleurs, les cancers qu’ils développent sont généralement différents dans leur structure et dans leur biologie. Par conséquent, le diagnostic et le traitement des 15 à 39 ans se révèlent souvent complexes.

Chez les adolescents et les jeunes adultes, tous sexes confondus, les cancers les plus fréquents sont les lymphomes, le cancer de la thyroïde, le cancer des testicules et le mélanome cutané. Chez le jeune homme, le cancer des cellules germinales/testicule est le plus courant, alors que chez les jeunes femmes, c’est celui de la thyroïde. Chez l’adulte, globalement, le cancer de la prostate est le plus fréquent chez l’homme, tandis que le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme.1

La Fondation Nez pour vivre, sur son site Web3, a mis en lumière des données inquiétantes relativement aux jeunes adultes traités en oncologie. En voici quelques-unes :

  • La recherche pour développer de nouveaux traitements pour les cancers chez les jeunes adultes est pratiquement inexistante.
  • Les jeunes adultes avec cancer représentent moins de 1 % des patients inscrits à des projets de recherche clinique sur de nouveaux traitements contre le cancer.
  • Aucun médicament dans les derniers 30 ans n’a été développé dans le but de traiter un cancer affectant spécifiquement les 18-30 ans.
  • La radiothérapie utilisée pour traiter le cancer est plus nocive à long terme chez les jeunes adultes en induisant de nouveaux cancers.

Des besoins particuliers

La période de l’adolescence et le début de l’âge adulte correspondent à des moments de grands changements dans le développement personnel et social. Obtenir son diplôme de l’école secondaire, du cégep ou de l’université, décrocher un emploi et entreprendre une carrière, construire son indépendance financière, trouver l’amour, avoir des enfants et fonder une famille : toutes ces étapes sont déterminantes et permettent aux individus de bâtir leur avenir.

Apprendre qu’on a le cancer à ce stade de la vie engendre des défis sans commune mesure. Non seulement les adolescents et les jeunes adultes ont-ils à composer avec les difficultés de la maladie en soi, mais également avec de nombreuses perturbations dans la poursuite de leur développement personnel et professionnel.

En effet, les jeunes patients atteints de cancer doivent souvent mettre en veilleuse leurs projets d’études, de carrière ou de développement de leur propre famille. Ils doivent en plus jongler avec les impacts de la maladie sur leur image de soi, leur fertilité, leur autonomie et leur situation financière. Les questions d’argent et d’assurance, pour ne nommer que celles-ci, peuvent devenir un vrai casse-tête.

Alors que les facettes de leur vie sociale, affective, familiale, scolaire et professionnelle sont touchées, de la détresse et un profond sentiment d’isolement peuvent se manifester. Le fait que les jeunes se retrouvent en milieu hospitalier, dans l’univers de l’oncologie où ils sont en faible proportion par rapport aux personnes âgées, contribue également à accroître ce sentiment d’isolement.

Quant à eux, les parents et les conjoints des jeunes adultes vivant avec le cancer voient leurs activités professionnelles affectées, réduites. Parfois, ils doivent carrément cesser de travailler, ce qui entraîne un lot de difficultés (fatigue, inquiétudes, finances). Il importe d’offrir aux jeunes un soutien adapté et respectueux qui tient compte de leurs besoins d’autonomie.

Des solutions adaptées pour les 15 à 39 ans

Une prise en charge adaptée devient nécessaire dans les milieux médicaux, psychosociaux et communautaires afin de répondre adéquatement à la situation singulière des adolescents et des jeunes adultes atteints de cancer.

Par le biais de son site Web « cancer15-39.com » ainsi que par d’autres outils et activités, le Programme à Félix vise à sensibiliser l’ensemble de la population à la réalité singulière des jeunes de 15 à 39 ans atteints du cancer et à contribuer au développement de solutions mieux adaptées à leurs besoins spécifiques.

D’autres groupes ou organisations s’investissent de belle façon, à différents niveaux, dans la cause des adolescents et des jeunes adultes atteints du cancer. L’équipe du Programme à Félix entend contribuer à la promotion de leur mission et de leurs services dans un esprit de collaboration et de complémentarité.

Voir la rubrique «Services et ressources».

Unissons nos efforts pour mieux soutenir les jeunes de 15 à 39 ans qui vivent avec le cancer ainsi que leurs proches!

Sources :

  1. Base de données du Registre canadien du cancer de Statistique Canada, 2015.
  2. Statistiques canadiennes sur le cancer 2017
  3. www.nezpourvivre.com
Ressources Cancer
Témoignages Cancer 15-35 ans
Print Friendly, PDF & Email
Email
Print Friendly, PDF & Email
Email
Print Friendly, PDF & Email
Email