Jeune mère diagnostiquée d’un cancer

Programme à Félix - Vanessa Boisset

Par Vanessa Boisset

Vanessa Boisset est une mère célibataire atteinte du cancer du sein, et auteure du blogue La vie continue, malgré tout. Ce témoignage a été publié à la suite de son diagnostic. Elle collabore avec la Fondation québécoise du cancer pour offrir ses trucs et conseils aux personnes qui ont le cancer et à leurs proches.


 

À 36 ans, j’en menais déjà large avec ma vie de maman célibataire, tout en assurant mon métier/ma passion de réalisatrice de documentaires de voyages. Dans cette structure familiale à l’agenda sans cesse révisé, mes enfants et moi-même avions réussi à nous construire une certaine routine. Nous avions nos points d’ancrage et nos balises. Rien ne nous faisait peur tant que nous étions ensemble. Nous avions nos habitudes face à l’improvisation et aux changements. Nous étions unis tous les 3, et les meilleurs pour profiter des petits et grands bonheurs de la vie. Nous étions simplement heureux de croire que je serais toujours là pour mes enfants et qu’ils pourraient toujours compter sur moi, quoiqu’il arrive!  Et j’avoue que j’étais fière de m’être fait décerner, par ma fille de 5 ans, le titre de “Maman superhéroïne de la vie de tous les jours” ; avec une mention spéciale “Meilleure maman pour donner de l’amour” ajoutée par mon fils de 3 ans, les jours où j’assurais moins… Ce qui me rendait juste plus humaine, sans jamais atteindre mon statut de Maman avec un grand “M”.

Et puis, un jour de novembre, dans le chaos de nos vies, s’est produit un grand changement. Un grand bouleversement. Le Big Bang qui a fait éclater nos assises et remis en question nos acquis. La maladie s’est invitée dans notre chaos! La maladie avec un grand “M”. La maladie qui me fait perdre mes lettres de noblesse de Super Maman. Deux “M” face à face, dans un long combat qui commence, alors que je ne pense pas avoir les armes pour faire front. On m’a diagnostiqué un cancer… Moi, la maman, superhéroïne de la vie de tous les jours…  Un défi de taille! Un défi qui me dépasse. Un défi que je me dois de relever malgré moi. En commençant par annoncer la nouvelle à mes enfants.

Il me faut trouver les mots justes… Trouver les mots pour eux, alors que l’on ne les trouve pas pour soi-même. Trouver les mots pour les rassurer, les réconforter, mais aussi leur dire la vérité sur la fragilité de la vie, sur les super pouvoirs que je n’ai pas. Trouver les mots pour leur avouer que je suis juste une maman ordinaire, LEUR maman et que ça, rien n’y changera!  Trouver les mots qui ne briseront pas le lien de confiance que l’on s’est tissé au fil du temps et de l’adversité. Cette confiance, en nous, en l’autre, en chacun et en la vie.

J’ai donc réuni ma petite tribu pour que l’on trouve ensemble les armes et les remèdes contre la maladie et surtout que l’on reste unis et à l’écoute des uns des autres, pour créer de nouveaux bonheurs dans ce chaos. En tant que chef de famille, j’ai pris la parole en premier et je leur ai expliqué que maman avait du poison dans son sein, que cette maladie s’appelait cancer. Et je leur ai fait toucher à cette petite olive qu’on ne laissera pas noircir notre vie.  Je leur ai expliqué que les docteurs allaient m’opérer pour enlever cette boule et que j’allais avoir de jolies cicatrices pour souligner mon courage. J’ai continué en leur expliquant que les docteurs allaient, ensuite, me faire plein de piqures qui allaient faire tomber mes cheveux, mais que c’était pour me donner des forces pour mieux guérir. J’ai axé mon discours sur la guérison et non sur la maladie, avec des mots simples et vrais. J’ai rendu le plus concret possible une notion complètement abstraite pour des enfants de cet âge. Et surtout, je leur ai confié une mission importante. Je leur ai donné un rôle à jouer dans ma guérison, car l’ingrédient le plus important dans tout ça, c’est l’AMOUR! Tous ensemble, on est forts. Plus forts que la maladie. Tous ensemble, on a trouvé les mots du cœur pour s’aimer, car la vie continue, malgré tout!

PrintFriendly and PDF
Email